Les ouvrages du Centenaire

Le centenaire de l’epss a fait l’objet de deux publications.

Ethique, laïcité, engagement : enjeux de société et formations sociales

Pour commander le livre directement chez l'éditeur voir en grand cette image
Pour commander le livre directement chez l’éditeur

La célébration du centenaire de son origine fut, pour l’Ecole Pratique de Service Social (EPSS), l’occasion de réfléchir sur le présent de l’action sociale et de la formation des travailleurs sociaux à la lumière de son passé, en revisitant particulièrement les orientations de son fondateur, le pasteur Paul Doumergue.

Le présent ouvrage cherche in fine à redéfinir quelles sont les priorités à mettre en œuvre aujourd’hui dans le travail social et la formation des professionnels du champ social, en étant à la fois fidèle aux choix éthiques qui ont prévalu au long de l’histoire de l’EPSS et adapté aux contexte socio-économique et politique de ce début de 21e siècle, assez différent du contexte des origines.

Certes, les défis immédiats des centres de formation en travail social ont à voir avec la redéfinition des professions sociales et de leur formation, avec les adaptations nécessaires dans le contexte européen, avec les restructurations des centres rendues indispensables dans un environnement de restrictions budgétaires et de compétition accrue.

Ces enjeux sont loin d’être négligeables. Mais plus importants encore sont les enjeux concernant les populations vulnérabilisées par la crise et les mutations économiques et sociales. Et c’est bien au vu des situations difficiles de ces personnes que les priorités de l’action sociale doivent se réfléchir. Outre la question de la formation, trois domaines ont été privilégiés : quels sont les usages de la notion de responsabilité dans le travail social, telle qu’elle est appliquée aux personnes accompagnées et à ceux et celles qui les accompagnent ? Quels constats principaux peut-on faire concernant les politiques sociales et leur mise en œuvre à l’égard des personnes socialement vulnérables ? Qu’en est-il de la priorité à accorder aux territoires d’habitat social et plus généralement aux quartiers populaires, caractérisés souvent non seulement par la misère et l’exclusion, mais aussi quelquefois par le développement de conduites mafieuses et de conduites liées à des courants religieux fondamentalistes ?

C’est sur ces questions que plusieurs spécialistes en sciences sociales ont été sollicités pour les journées de célébration du centenaire de l’EPSS et pour leur participation à cet ouvrage. Plusieurs autres contributeurs, en particulier membres de cette école, ont apporté leurs éclairages personnels dans leurs domaines de compétence. Et, originalité de ce livre, le Conseil d’Administration de l’EPSS rappelle en conclusion les valeurs qui l’animent (liberté de conscience et de pensée, laïcité, responsabilité et engagement) et communique ses choix stratégiques pour l’avenir de ce centre de formation.

Ont participé à cet ouvrage les conférenciers du centenaire : Bastide Jean, Baubérot Jean, Donzelot Jacques, Du Bouétiez de Kérorguen Thierry, Gauthier Pierre, Joxe Pierre, Maestracci Nicole, Maurel Elisabeth, Vincent Gilbert ; et d’autres contributeurs : Andrieu Pierre-Jean, Bernardot Marie-José, Bertaux Roger, Daadouch Christophe, Derfouli Noah, Michel Jean-Jacques, Trapon Martine, Wera Brigitte.

L’epss, une école de service social dans le siècle par Jean BASTIDE

Commander le livre directement chez l'éditeur voir en grand cette image
Commander le livre directement chez l’éditeur

La traversée du siècle de l’École Pratique de Service Social n’a rien d’un long fleuve tranquille. Pourtant les fondateurs des premières écoles de formation de celles que l’on nommera plus tard les assistantes sociales qui ont vu le jour au cours des 20 premières années du 20e siècle avaient révolutionné l’approche de la pauvreté en dépassant l’assistance pour inventer le social. L’exigence de la formation était profondément enracinée dans leur pratique des œuvres sociales, c’est ce qui les a conduits à la structuration des activités en profession. Ils ont ainsi rendu possible le passage du bénévolat à l’apprentissage d’un métier, encouragé la réflexion sur la pratique comme le voulait Paul Doumergue fondateur de l’EPSS qui utilisait cette formule :« Penser et agir, ne pas agir sans penser ».

Accompagnant le développement des institutions sociales et médico - sociales tout au long du siècle, les écoles de formation se sont multipliées sous la forme associative plus propice à l’innovation. Mais cette histoire, à l’image de celle de l’EPSS n’est pas linéaire, la société a profondément changé, l’innovation qui caractérisait les pionniers, est-elle encore possible aujourd’hui alors que les contraintes législatives, administratives et financières s’alourdissent ? Comment se préserver d’un statut associatif purement formel qui ne justifierait plus l’appartenance au mouvement associatif ? Pour l’EPSS l’essentiel est de maintenir la tension entre deux exigences : offrir aux étudiants le meilleur accompagnement vers la réussite - valeur pédagogique -, maintenir la flamme d’un projet associatif partagé par l’ensemble des parties prenantes. Être ambitieux aujourd’hui pour son association c’est, après avoir convenablement fait son métier, se préoccuper de ces espaces limités mais essentiels pour l’innovation que constituent les marges.

Lire des extraits
Lire des extraits