Isabelle Cremer

« ISABELLE CREMER, JUSTE PARMI LES NATIONS »

info document - JPEG - 138.3 ko Isabelle Cremer a dirigé l’école de septembre 1926 à juillet 1954. Elle s’est particulièrement illustrée pendant les années sombres, non seulement en cachant des dossiers d’élèves juives mais également en n’hésitant pas, au péril de sa vie, à prévenir des personnalités juives recherchées par la Gestapo, dont l’arrestation était imminente.

Pour ces actions courageuses, elle recevra la médaille de « Juste parmi les Nations ». Elle a joué un rôle de premier plan au service des écoles françaises dont elle présidait le Comité d’Entente des Ecoles, et c’est à ce titre qu’elle les représentait lors de nombreux congrès internationaux, notamment, lors de la première réunion du Comité International des Ecoles de Service Social en avril 1946 à Genève où elle a présenté un rapport sur l’état des écoles en France. [extrait de Une école dans le siècle, par Jean Bastide]

Le comité de Yad Vashem lui a discerné la médaille des Justes en 1992. Notice rédigée à cette occasion :

Isabelle Crémer dirigeait le seul établissement préparant au diplôme d’assistante sociale à Paris. Vers la fin de 1942, Elisabeth Hirsch, une de ses anciennes élèves, vint la voir. Dépêchée à Paris par l’OSE, organisation qui s’était donné pour mission de sauver les enfants juifs en leur trouvant des cachettes sûres, elle demanda à Isabelle si elle serait prête à la loger. Non contente d’accepter, la directrice déclara à la jeune femme qu’elle ferait tout son possible pour l’aider. C’est ainsi qu’elle l’informa notamment de rafles ou d’arrestations de Juifs en préparation, lui permettant d’alerter à temps les dirigeants des mouvements clandestins juifs visés.

Au moins deux d’entre eux, le Dr. Eugène Minkowski qui dirigeait l’OSE de Paris et Simon Levitte, chef du Mouvement de Jeunesse Sioniste - purent se mettre à l’abri et échapper à la capture grâce aux avertissements d’Isabelle Cremer, relayés par Elisabeth Hirsch. Durant son séjour à Paris, la jeune femme put transférer des enfants juifs vers la zone sud où leurs chances de survie étaient meilleures. Isabelle l’aidait à circuler dans la ville et effectuait des liaisons avec des Juifs, qui purent ainsi être sauvés.

Après la guerre, Suzanne Bernard, secrétaire à l’école, rapporta dans son témoignage que pendant toute l’Occupation Isabelle Crémer avait délibérément caché les dossiers des élèves juives pour les protéger.

Le 3 août 1992, Yad Vashem a décerné à Isabelle Crémer le titre de Juste des Nations pour avoir sauvé : Mme Elisabeth Hirsch, M. Simon Levitte, M. Eugène Minkowski Pelberg