En situation d’emploi (statut salarié)

Pour toutes les formations en situation d’emploi, vous êtes salarié(e) de votre entreprise et vous recevez donc une rémunération.

Votre employeur a la possibilité de faire prendre en charge vos absences — lorsque vous êtes en centre de formation — et de percevoir tout ou partie du coût pédagogique :

  • au titre des contributions à la formation continue (cf. organismes paritaires collecteurs :Unifaf , Uniformation ou Fongecif ).
  • ou d’aide à l’emploi et à la formation par le biais des contrats de professionnalisation (Direction Départementale du Travail et de l’Emploi).

Avant d’entrer en formation

Vous êtes salarié(e)

  • Le CIF (congé individuel de formation) CDI

La demande est à l’initiative du salarié mais nécessite d’avoir l’autorisation de l’employeur.
La formation peut se dérouler à temps complet ou en alternance employeur / centre de formation.
La durée maximale prise en charge est de 1 200 h. Au-delà, même si le salarié a l’autorisation de s’absenter de son poste, il ne percevra plus de rémunération.
L’acceptation du dossier par l’organisme peut prendre plusieurs années.

  • Le CIF CDD

Il est consécutif à un ou des contrats de travail en CDD d’une durée minimale cumulée de 4 mois.
Il ne couvre en général que la 1re année de formation. Le coût pédagogique restant est alors à la charge de l’apprenant.

  • La période de professionnalisation

La demande est à l’initiative de l’employeur.Elle concerne les formations alternant théorie et pratique.
Les salariés concernés sont, entre autres, ceux :

  • dont la qualification est insuffisante
  • comptent 20 ans d’activité professionnelle
  • ont plus de 45 ans et 1 an d’ancienneté dans leur poste actuel.
    Elle permet de favoriser le maintien dans l’emploi et le développement des compétences.
  • Le plan de formation

Il est à l’initiative de l’employeur. Les demandes doivent correspondre à 2 catégories : actions d’adaptation, d’évolution ou de maintien dans l’emploi et actions de développement des compétences.

Chaque salarié a la possibilité de faire une demande de formation sur le plan de formation annuel de son employeur.
Dans le cas de formation pluriannuelle, le coût pédagogique est réparti sur plusieurs plans.

Vous voulez être salarié(e)

  • Le contrat de professionnalisation

Il concerne les jeunes de 16 à 25 ans, les demandeurs d’emploi de plus de 26 ans et les bénéficiaires du RSA, de l’AS et de l’AAH.

Sa durée est de 24 mois maximum. Pour les formations de niveau III (durée de 3 ans), il n’est donc possible qu’en 2e et / ou 3e année.

Le salarié ne compte pas dans les effectifs. Son salaire est calculé en fonction de l’âge et des diplômes. L’employeur bénéficie de l’exonération de certaines charges sociales.

Il est possible de signer 2 contrats de professionnalisations avec le même employeur si la nouvelle qualification visée est d’un niveau supérieur à la précédente (ex : DEME puis DEES).

  • Le contrat emploi avenir

Il concerne les jeunes de 16 à 25 sans qualification sortis du système scolaire, les handicapés de moins de 30 ans, les habitants de certaines zones.

Les prescripteurs sont le pôle emploi, les missions locales et les cap’emplois. Le jeune et l’employeur doivent donc se mettre en relation avec ces organismes afin de pouvoir signer un contrat emploi d’avenir.

Les champs d’action prioritaires sont le handicap adulte, la personne âgée, l’accueil des adultes et des familles en difficultés sociales.

Le contrat dure 3 ans. Il est possible de faire plusieurs formations pendant sa durée (ex : une préparation au concours et une formation qualifiante).