Colloque de Porto

Témoignage de Jean-Marie Hérouin, représentant de l’Epss au colloque de Porto en juillet 2015.

6e CONGRES AIFRIS Porto, du 7 au 10 juin 2015 « Multiplication des précarités : Quelles interventions sociales ? »

Porto - JPEG - 61.3 ko
Porto

Un regard synthétique sur ce congrès

Ce congrès s’est déroulé dans une période toute particulière, en prise directe avec l’actualité internationale. En effet, nous étions, d’une part, en résonnance avec la situation dramatique de ces milliers de réfugiés, fuyant par la mer méditerranée la guerre dans leur pays d’origine, en provenance notamment de Libye et de Syrie. Deux témoignages, tunisien et libanais, ont pu rendre compte de la gravité traumatisante de ces situations d’exil, vécues par des millions de femmes et d’hommes, et de l’immense désarroi dans lequel sont plongés ces deux pays pour accueillir sur leur terre et dans des camps de fortune ces exilés d’un pays voisin. D’autre part, l’actualité c’était aussi la Grèce, et l’engagement du nouveau parti anti-austérité au pouvoir, Syriza, dans son rapport de force démesuré avec l’Union européenne pour tenter de sortir d’une précarité rendant le pays exsangue.

Aussi, ce congrès, comprenant de nombreux représentants de pays européens, du Canada, de l’Amérique du sud et de l’Afrique, a été l’occasion d’interroger ce contexte actuel de crise internationale producteur d’une austérité grandissante. De nombreux témoignages ont pu rendre compte de ces multiples formes de précarités sociales, de ruptures du lien social et de vulnérabilités individuelles qui émergent dans différentes régions du monde.
Au regard de ces constats et analyses, dans ce cadre international privilégié d’échanges de savoirs et d’expériences entre chercheurs, travailleurs sociaux et formateurs, de nombreuses pistes ont été présentées et discutées. Elles ont cherché à apporter des réponses individuelles, sociales et communautaires face au développement de ces multiples formes de précarités et d’exclusion et à l’évolution inquiétante du modèle libéral qui s’impose partout, signant ainsi le retrait de l’Etat social. Le Portugal, pays d’accueil de ce congrès, se révèle pleinement touché par ces phénomènes, comme a pu nous le démontrer l’économiste portugais Eugénio Rosa.

En conclusion, l’une des tendances générales qui ressort de ces quelques journées d’échanges internationaux, met en évidence des constats et questionnements semblables dans la plupart des pays occidentaux présents concernant ces problématiques de précarité sociale. Aussi, face à cette complexité grandissante, les pistes d’innovation envisagées ou expérimentées ont questionné plus particulièrement les approches démocratiques, solidaires, citoyennes… La place des travailleurs sociaux a donc été de nouveau reposée, pour accompagner ces changements sociaux et les personnes précarisées au cœur des dispositifs d’action sociale. Est revenue alors de manière omniprésente la notion d’empowerment, pour tendre vers davantage de cohésion sociale dans nos sociétés en mutation.

Le cadre général

  • 400 congressistes,
  • Une quinzaine de pays représentés,
  • Congrès francophone,
  • Ouvert aux chercheurs en sciences sociales, aux formateurs, universitaires, aux professionnels du social,
  • Dans les locaux de l’ISSSP (institut supérieur social de Porto),
  • Journées organisées en conférences en plénière, en ateliers thématiques et en forums de fin d’après-midi,
  • Soirée festive le dernier soir,
  • Prochain congrès dans 2 ans au Canada.

Conférences d’ouverture

  1. Augusto Santos SILVA : Précarités : les effets de la rupture du lien social
  2. Eugénio ROSA : L’emprise des groupes économiques et financiers, la politique d’austérité et l’aggravation des inégalités et de la pauvreté au Portugal ;
  3. Eugénio FONSECA : Un défi pour l’intervention sociale : comment articuler la responsabilité de la collectivité et celle de l’individu ?
  4. Didier VRANCKEN (bel) : le travail sur soi : vers une psychologisation de la société

Tables rondes de clôture

  • Crises humanitaires, innovations sociales et paix civile : expériences du Liban et de la Tunisie ;
  • De l’intervention communautaire à la démocratie participative/gestion de la proximité ;

Les ateliers et forums
93 ateliers proposés sur de multiples thématiques relatives aux précarités sociales et aux interventions sociales (2 séquences d’ateliers par ½ journée à raison de 15 ateliers environ en simultané) ;
30 forums organisés sur les mêmes thématiques