Les métiers

Des métiers où on se sent utile et qui recrutent

On compte 806 000 travailleurs sociaux en France, c’est pourquoi on distingue habituellement plusieurs « familles » de métiers parmi les métiers du travail social :

  • les métiers de conseil et d’assistance : assistant de service social, conseillère en économie sociale et familiale ;
  • les métiers à vocation éducative : éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants, moniteur-éducateur, éducateur technique, moniteur d’atelier, aide médico-psychologique ;
  • les métiers du soutien à domicile : technicien de l’intervention sociale et familiale, auxiliaire de vie sociale, assistant familial.
  • les métiers de l’animation : animateurs de loisirs, animateur socio-culturel ;
  • les métiers de l’encadrement : responsable d’unité d’intervention sociale, responsable d’équipe éducative, directeur d’établissement, etc.

Les frontières entre ces différents métiers évoluent fortement et l’on observe une tendance à reconnaître qu’il existe au sein de chaque métier, des compétences communes à l’ensemble des métiers, et des compétences spécifiques.

Les compétences communes attendues sont des compétences de communication et de relation, de travail en partenariat, d’éthique de la relation avec la personne.

Des lieux d’exercice très diversifiés

Ces métiers s’exercent pour l’essentiel en tant que salarié d’association, de collectivités locales, d’établissements de soins ou de séjour, d’organismes de sécurité sociale, de ministères, et parfois d’entreprises privées du secteur lucratif (maisons de retraite).

Ils s’exercent en application de politiques, de lois et de règlements.

Ils participent à des missions de service public et à des services individualisés aux personnes (financés par ces dernières).

Des publics très diversifiés

L’ensemble de ces métiers s’adressent à toutes les tranches d’âge, du nouveau-né à la personne en fin de vie, en bonne santé comme en mauvaise santé, hommes et femmes , etc.

Mais chacun d’entre eux est plus ou moins « spécialisé » sur l’une ou l’autre des principales problématiques sociales : protection de l’enfance et de la famille, prévention de l’exclusion (économique, sociale, culturelle), prévention et accompagnement médico-social (handicap, vieillissement, maladies)

Un marché de l’emploi très favorable.

Le marché de l’emploi des ces métiers est actuellement très favorable, et cela pour des raisons diverses et durables.

Cette réalité amène des employeurs à recruter, quand cela est possible, des personnes n’ayant pas le diplôme correspondant à la fonction pour les inciter ensuite à obtenir ce diplôme par la formation ou par la validation des acquis de l’expérience.

Des métiers modernes

Le travail social et éducatif est conduit à adopter progressivement une démarche de qualité de service vis-à-vis des usagers, clients, familles, organismes de contrôle et des financeurs.

Cette évolution a pour conséquence de favoriser la qualification des salariés de ce secteur.

Pour bien s’informer et s’orienter il est donc nécessaire :

  • de lire et consulter les sites spécialisés,
  • de rencontrer des professionnels qui exercent ces métiers.

Et l’on découvre :

  • que dans ces métiers on rencontre la vie, la vraie, à la fois grave et légère,
  • que ce sont de vrais métiers, avec de la passion et de la raison, des métiers modernes, avec des responsabilités, socialement utiles, qui peuvent s’exercer dans différents cadres,
  • que ces métiers sont ouverts à tous, hommes et femmes, à tous les niveaux de formation.